Les errements de l’ancien vice-président Amadou Diaby

Depuis la décision de la FIFA de nommer un Comité de Normalisation pour la Fédération Guinéenne de Football, des individus trahis par une déconcertante faiblesse intellectuelle et une moralité souillée s'amusent avec des chiffres,  dont ils sont incapables de lire correctement encore moins de comprendre, pour tenter vainement et désespérément de tâcheter la réputation et l'image intouchables de Monsieur Antonio Souaré. Peine perdue, ce n'est pas sur le terrain de sa gestion à la Fédération Guinéenne de Football qu'on poura trouver des poux sur la tête du chauve.
Sous des titres pompeux et sensationnels, dans des sorties rocambolesques, des individus victimes de la mauvaise foi et de la malhonnêteté cherchent, sans le moindre début de commencement de preuves, à intoxiquer l'opinion sur une prétendue injustification de l'utilisation d'un montant de plus de 7 millions de dollars octroyés à la Fédération Guinéenne de Football par la FIFA sur la période 2019 - 2021, pour « le coût opérationnel, le Forward-projets, le Forward-solidarité équipement, le Forward-solidarité voyage, le Covid - 19 ». L'instigateur de ce monstrueux mensonge, l'ancien vice-président de la Fédération Guinéenne de Football, le récidiviste véreux Amadou Diaby, cloué par plusieurs scandales de faux marchés de l'Etat (qui feront l'objet d'autres articles à suivre) se cache aujourd'hui derrière cette puante campagne visant à jeter l'opprobre sur la gestion du Comité Exécutif sortant présidé par Monsieur Antonio Souaré. Comme disent les reporters sportifs, Amadou et ses valets bottent en touche. Usant, abusant des noms et de la "couverture" de son compatriote Congolo-Zaïrois, le sieur Veron-Omba Mosengo, actuel secrétaire général de la CAF et dame Samoura née Fatma Samba Diouf, secrétaire générale de la FIFA, Amadou Diaby instrumentalise, manipule des esprits faibles et joue au trafic d'influence dans le Football Guinéen  portant ainsi gravement et gratuitement atteinte à la moralité de ces personnalités du Football Africain et international dans le milieu sportif Guinéen et au sein de l'opinion nationale qui ont pour le Président Antonio Souaré un respect, une considération que seules les personnes vertueuses méritent. Avec cette vertu, qu'incarne l'image du Président Antonio fortement ancrée en Guinée, et chez toutes celles et tous ceux qui en Afrique et dans le monde l'ont pratiqué, il est tout simplement impossible de faire prospérer des âneries qui ne reposent sur rien sinon la nullité,  l'imaginaire et l'analphabêtisme du malhonnête Amadou Diaby qui n'a pour le Football Guinéen que le mépris le plus achevé de l'affairrisme mesquin et destructeur.  Sans doute que le Football Guinéen, avec l'orchestration du régime déchu de l'ancien Président Alpha Condé, a été politiquement secoué et enfoncé dans une forme de crise savamment créée et entretenue pour des raisons inavouées et inavouables, pour des besoins de la cause. Mais, jamais, ce système dont la jalousie et la haine avaient atteint un sommet mortifaire contre Monsieur Souaré n'a pu deceler la moindre faille dans la gestion de celui qui a toujours clamé et prouvé à la face du monde sa vocation de servir le Football et non de se servir. Non seulement par de gros investissements sportifs réels, visibles, palpables, mais aussi par l'assistance physique, matérielle et financière inconditionnelle à toute la Famille du Football Guinéen sans distinction ni discrimination. 
Et ce ne sont pas les gesticulations, les bruits d'un personnage aussi controversé que Amadou Diaby qui peuvent aujourd'hui réussir là où Alpha Condé et toute sa machine se sont effondrés hier comme château de cartes. Par ailleurs, à l'intention des membres du Comité Normalisation choisis sur des critères qui risquent de faire débat sinon contestations, il est important de rappeler et d'insister sur le fait que le bureau du Conseil de la FIFA en décidant de mettre la structure en place s'était montrée très claire et précise sur la feuille de route : - gérer les affaires courantes de la FGF ; - déterminer, en coopération avec l’administration de la FIFA, si des dispositions spécifiques des statuts ou du code électoral de la FGF doivent être amendées en vue de la procédure électorale ; - s’assurer que les nouveaux membres des commissions électorale et de recours électoral et, le cas échéant, des organes juridictionnels soient nommés par le congrès de la FGF ; - une fois les nouveaux membres susmentionnés nommés, s’assurer que l’élection du comité exécutif de la FGF puisse être menée conformément aux statuts et règlements applicables de la fédération ....Le mandat du comité de normalisation expirera au plus tard le 30 juin 2022." Ces tâches sont celles qui sont dévolues au CONOR Guinéen même si beaucoup de dirigeants sportifs en Afrique ne comprennent pas le système de 2 poids 2 mesures qui a consisté à maintenir les Fédérations dans certains pays comme au Congo de Mosengo en proie à des malversations financières avérées, au Cameroun avant l'élection de Samuel Etoo et ailleurs, et doter la Guinée de Normalisation. Cette normalisation ne devrait pas donner l'impression d'être aux ordres et de régler des comptes personnels. 
Au demeurant, lors de sa réunion du 25 juin 2020, le Conseil de la FIFA, en approuvant à l'unanimité son Plan d’aide contre la Covid-19 avec un montant de 1,5 milliards USD pour soutenir la Communauté du Football et la révision de son budget sur le cycle 2019-2022, avait institué un mécanisme de contrôle rigoureux de la gestion des Associations membres et des Confédérations appelé Modèle de Gouvernance. En annonçant la mise à disposition d'une subvention de solidarité universelle de 1 million USD aux Associations membres, de 2 millions USD de subvention aux Confédérations, la possibilité pour les Associations membres, à des fins de solidarité, de consentir des prêts  – sans intérêts – pouvant s’élever jusqu’à 35% de leurs recettes annuelles auditées avec un plafond maximal de 5 millions USD, a autorisé ces Associations membres à utiliser ces subventions et prêts au bénéfice de la communauté du football sur leurs territoires respectifs, notamment les clubs, les joueurs, les ligues et les autres personnes ou organisation frappées par la pandémie. Cependant et par rapport à cette situation, le Conseil de la FIFA a mis en place le Modèle de gouvernance qui indiquait clairement : "afin d’assurer un suivi efficace du plan d’aide, des contrôles stricts seront mis en place vis-à-vis de l’utilisation des fonds, ainsi que diverses exigences en matière d’audit et des conditions claires de remboursement des prêts. Un comité de pilotage du plan d’aide contre le Covid-19 sera également créé afin de superviser la gestion du plan". Ainsi, Monsieur Olli Rehn, vice-président de la Commission de Gouvernance de la FIFA, Gouverneur de la Banque de Finlande, membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne et ancien vice-président de la Commission européenne, a été nommé à la tête de ce comité. 
Ainsi, à l’instar de toutes les autres Associations nationales, les Finances de la Fédération Guinéenne de Football et les fonds alloués ont été régulièrement audités. Pour le moment, et jusqu'à preuve du contraire à déterminer et à prouver par un audit contraire, les résultats contenus dans le dernier rapport disponible au niveau de la FIFA sont plutôt très satisfaisants pour la Féguifoot du Président Antonio Souaré qui a été félicitée par le Comité d’audit et de conformité de la FIFA pour sa bonne gestion financière des ressources affectées, à travers un courrier adressé à l’instance dirigeante du football guinéen avant  la mise en place du Comité de normalisation : « Je vous confirme que le Comité d’audit et de conformité de la FIFA a décidé lors de sa dernière réunion, que votre Fédération reste dans la catégorie de versement des fonds ‘’normal’’ .... Le Comité d’audit et de conformité de la FIFA est content de votre Fédération et des efforts fournis pour renforcer votre gestion financière ». Que les calomniateurs produisent la preuve contraire officielle de la FIFA, l'instance légitime, légale et habilitée à se prononcer dans un sens ou un autre sur la gestion des fonds qu'elle alloue aux Associations membres. En attendant ce bon résultat démontre à plus d’un titre que la Féguifoot dirigée par le Président Mamadou Antonio Souaré, ne souffre d'aucune ambiguïté dans la transparence et l'utilisation judicieuse des fonds du Football Guinéen. Enfin, il est important de rappeler au Comité de Normalisation l'urgence de s'atteler à la feuille de route tracée et non de créer ou de se prêter au jeu de la distraction et de la diversion au risque de provoquer une crise incommensurable dont les conséquences seront dramatiques pour l'avenir du Football Guinéen.  
 
Lamine Kalissa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Verified by MonsterInsights