Warning: Constant WP_CRON_LOCK_TIMEOUT already defined in /htdocs/wp-config.php on line 78
Le Tchad organise les funérailles du président Idriss Deby - Actualités Sénégalaise et Ouest africaine

Le Tchad organise les funérailles du président Idriss Deby

Le président Idriss Deby est mort des suites de blessures subies alors qu’il dirigeait des soldats en première ligne contre les rebelles.

Une cérémonie funéraire du défunt Président Idriss Deby a eu lieu à N’Djamena, la capitale du Tchad, et des milliers de personnes ont rendu hommage au chef décédé des suites de blessures subies alors qu’il dirigeait ses troupes contre une offensive rebelle.

Le président français Emmanuel Macron et plusieurs dirigeants africains étaient présents à la cérémonie de vendredi, malgré les avertissements des rebelles qu’ils ne devraient pas assister pour des raisons de sécurité.

Macron a promis de soutenir «la stabilité et l’intégrité» du pays, mais a également exhorté ses successeurs militaires à diriger un retour en douceur à un régime civil.

«Les habitants de la région bénéficient d’un pacte de paix avec la France. Nous devons nous assurer que le pacte perdure – et celui de la liberté et de l’indépendance », a déclaré Macron.

«La France ne laissera personne remettre en question ou menacer, aujourd’hui ou demain, la stabilité et l’intégrité territoriale du Tchad. La France sera là pour faire en sorte que la promesse qui a été faite se concrétise pour tous les patriotes. Stabilité, inclusivité, dialogue et transition démocratique – c’est ce que nous voulons. Nous sommes à vos côtés », a-t-il ajouté.

Le soutien de Paris à la prise de contrôle militaire après la mort de Deby n’a pas surpris les observateurs de la région.

«La stratégie a été de promouvoir l’appareil militaire comme seule réponse aux défis soulevés par les groupes armés. Le Tchad avait la seule armée de la région qui était disposée et capable de projeter des troupes ailleurs. Par conséquent, le Tchad est devenu très important dans l’opération militaire Barkhane », a déclaré Roland Marchal, chercheur au Centre d’études internationales de Science Po, à Al Jazeera.

Les forces armées tchadiennes ont stupéfié la nation mardi en annonçant que Deby était mort des suites de blessures subies alors qu’il dirigeait des soldats en première ligne contre les rebelles tchadiens basés en Libye qui avançaient du nord vers Ndjamena. Il avait 68 ans.

Hiba Morgan d’Al Jazeera, rapportant de N’Djamena, a déclaré qu’il y avait un déploiement massif de troupes face aux problèmes de sécurité.

«Depuis jeudi, il y a eu un déploiement de troupes dans les rues et autour du palais présidentiel ainsi que des chars pour sceller les routes principales avant l’arrivée des chefs d’Etat», a-t-elle ajouté.

Deby a dirigé le Tchad pendant plus de 30 ans et a été l’un des survivants politiques les plus rusés d’Afrique, s’accrochant au pouvoir malgré les rébellions qui ont atteint les portes de son palais.

Originaire de l’ethnie Zaghawa, il a grandi dans la région nord-est de l’Ennedi. Il a rejoint l’armée au début des années 1970, à un moment où le Tchad était en proie à une longue guerre civile, et a reçu une formation militaire supplémentaire en France.

Deby a atteint le grade de commandant en chef des forces armées et est finalement arrivé au pouvoir en dirigeant une rébellion de 1990 qui a renversé le chef autoritaire Hissène Habré – son ancien mentor.

Il a officiellement pris ses fonctions en février de l’année suivante, et a remporté les élections en 1996 et à nouveau en 2001 avant de faire passer un changement constitutionnel en 2018 qui aurait pu lui permettre de rester au pouvoir jusqu’en 2033.

Bien que critiqué par les groupes de défense des droits de l’homme pour son régime répressif, il s’est imposé comme un allié militaire clé des puissances occidentales dans la lutte internationale contre les groupes armés.

«Il a libéré notre pays de la dictature et nous a donné l’opportunité de participer pleinement à la démocratie», a déclaré Emmanuel Gaba, un jeune habitant de la capitale.

Sa mort est survenue un jour après que les responsables électoraux ont déclaré qu’il avait remporté un sixième mandat. La plupart des opposants ont boycotté le vote. Désormais, son fils, le général Mahamat Idriss Deby, 37 ans, dirigera un conseil militaire de transition pour les 18 prochains mois.

«Il nous a protégés pendant si longtemps qu’aujourd’hui nous sommes venus lui souhaiter un repos éternel. Un repos mérité », a déclaré Hassan Adoum, qui a assisté à la cérémonie.

Jeudi, une voiture avec des haut-parleurs montés a fait le tour de N’Djamena pour dire aux habitants de ne pas paniquer s’ils entendaient des coups de canon, car Deby recevrait un salut de 21 canons.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *